Ciné débat : Sacrée croissance de Marie-Monique Robin

0 Comment

Il y a trois semaines, j’ai démarré un nouveau travail. Mais pas juste un travail qui me permette d’avoir de quoi vivre à la fin du mois, pas un travail par défaut, en attendant de trouver mieux. Non, cette fois j’ai dégoté un super taf. Et y’a pas à dire, je savoure!

Par contre, côté blog, je suis vachement moins inspirée. D’une part mes semaines sont un peu plus chargées (tiens, bizarre…). D’autre part, je ressens moins le besoin de vider mon sac, de râler, de “jouer un rôle dans la société”, de prouver que moi aussi, même au chômage, je fais quelque chose de ma vie. Bref, ma vie “réelle” étant bien remplie, j’ai un peu moins besoin de ma vie “virtuelle”.

Enfin ça c’était hier. Parce qu’hier soir, je suis allée au cinéma voir “Sacrée croissance”, de Marie-Monique Robin (qui a aussi fait Le monde selon Monsanto, les moissons du futur, notre poison quotidien), et au débat qui suivait où MMR herself répondait aux questions.

J’y allais un peu comme ça, histoire de bouger, pour une fois qu’il se passe quelque chose d’intéressant par chez moi. Je n’avais pas forcément prévu de rester écouter tout le débat. Sauf que c’était intéressant. Intéressant parce que j’ai encore appris des choses. Motivant parce qu’il y a quand même quelques gens qui se bougent sur la planète et parce que la salle de ciné était comble. Agaçant, aussi, parce dans les gens qui se bougent, il n’y a pas vraiment de politiques…

On a parlé croissance, économie, écologie, égalité homme/femme, Bonheur National Brut… Et on a parlé climat aussi. MMR nous a résumé les trois “spirales infernales” à ne pas déclencher :

  • la fonte du permafrost, qui entraine la libération de méthane (gaz à effet de serre quatre fois plus important que celui du CO2). Mais ça a déjà démarré.
  • l’acidification des océans, qui entraine une perte énorme de biodiversité, et donc un relargage de CO2 dans l’atmosphère. Mais ça a déjà démarré.
  • Les canicules, qui entraineraient le relargage du CO2 provenant des végétaux (alors que les végétaux sont censés capter le C02).  Mais souvenez-vous l’été 2003… ça a aussi déjà démarré (même si je dois vous avouer que j’ai moins bien compris ce point là, donc si vous en savez plus, n’hésitez pas à me donner des informations).

Du coup ça m’a déprimé. Et quand je suis déprimée par quelque chose qui touche à l’environnement, à la société… eh bien l’envie de râler revient, l’envie de faire bouger la masse revient. Alors comme d’hab’, je partage en espérant qu’un jour la société réagisse. Quand je dis la société, bien sûr j’aimerais que chacun agisse à son échelle. Car à nous tous, nous sommes quand même les 99% de la planète, ce n’est pas rien. Je pense qu’on pourrait faire bouger les choses. Mais par société, j’entends surtout au niveau des politiques, internationales, nationales, locales, car individuellement, on est malgré tout vite limité.

Alors oui, individuellement, on peut :

  • manger bio pour favoriser une agriculture durable
  • manger moins de viande pour avoir un impact CO2 moins fort
  • Raisonner ses transports pour la même raison
  • réduire ses emballages en boycottant le suremballage
  • réfléchir ses achats : acheter pour subvenir à ses besoins, éviter de consommer sans cesse quand c’est juste pour assouvir ses désirs

Mais avec des politiques engagées, il serait peut-être plus facile de :

  • trouver des produits bio dans les cantines
  • Prendre le vélo d’un point A à un point B sans avoir peur de se faire renverser par une voiture (parce que de côté là, la campagne n’a rien de rassurant, pourquoi ralentir alors qu’on le sait bien aucun gendarme ne vient poser des radars par ici…)
  • Prendre le train dans des villes qui ont été abandonnées par la SNCF
  • Faire des rénovations thermiques
  • Investir dans les énergies renouvelables
  • Monter des projets coopératifs
  • Avoir un Plan Local d’Urbanisme écologiquement logique, comme des expositions sud favorisées pour pouvoir mettre des panneaux photovoltaïques

Il y aurait donc une foultitude de possibilités, d’idées à mettre en place pour améliorer nos conditions de vie tout en créant du lien social et en préservant ce qui nous entoure. Heureusement, que cela soit dans le film “Sacrée croissance” ou plus près de chez soi, les exemples de projets coopératifs, politiques, écologiques, sociaux… sont multiples :

Alors voilà, il y a encore du travail pour que tout le monde puisse vivre sur un pied d’égalité (pour rappel, il n’y a jamais eu autant de riches, alors qu’il y a toujours plus de pauvres) et dans un environnement préservé. Allez voir le film, renseignez vous sur les moyens d’agir (vous pouvez vous investir dans une association, ou simplement consomm’agir).

sacree_croissance

 Si cet article vous touche, vous donne envie de bouger, n’hésitez pas à le partager pour qu’il puisse sensibiliser un maximum de personnes. Et n’hésitez à me donner votre avis, que je comprenne mieux le monde dans lequel on vie…

Enregistrer

Rendez-vous sur Hellocoton !
0 Commentaires

Laisser un commentaire