Comment réussir ses slow-vacances? Une journée sur l’île de Wight

5 Comments

Par un joli dimanche ensoleillé, PapaChou, MiniChou dans sa poussette et moi-même, nous sommes dirigés vers l’arrêt du bus qui devait nous conduire au port. Pas de chance, si le bus passe toutes les dix minutes en semaine, il passe toutes les heures le dimanche. Et le dernier était passé… cinq minutes avant. Parfois ça vaut la peine de planifier un peu. Heureusement, il nous en faut plus pour nous arrêter, c’est donc à pieds que nous sommes allés au port! (ça réveille, la marche rapide de bon matin en se disant qu’il faut qu’on se dépêche parce qu’on n’a pas vraiment envie d’attendre une heure pour le ferry suivant).

slow-vacances angleterre #6-1

L’embarcadère de la Wightlink (la ligne qui dessert l’île de Wight) se situe au bout de la gare ferroviaire. Cela peut sembler totalement illogique, mais il s’agit en fait d’une liaison bateau entre deux gares, on peut donc acheter des billets de train Shanklin (sud-est de l’île de Wight) – Londres. (Vous imaginez des billets de train Bonifacio – Paris avec le ferry inclus?! sauf que là il n’y a que vingt minutes de ferry et deux heures de train…)

Nous avons pris un pass englobant : le ferry aller-retour, le train reliant Ryde (arrivée du ferry au nord-est de l’île) à Shanklin (sud-est), et le train à vapeur qui va de Smallbrook à Wootten. La “steamline” avait attiré notre intérêt : 1. parce que ça avait l’air cool, 2. parce que ça plairait forcément à MiniChou.

Arrivés à l’embarcadère de Ryde, il faut remonter dans un train pour regagner la terre ferme ou toute autre gare de la ligne. Smallbrook, la gare d’où part la “steamliner” est assez peu desservie. Il faut donc aller à la gare d’après (Branding), et attendre le train retour qui lui s’arrête à Smallbrook. Oui, c’est une certaine gymnastique de cerveau, et je ne sais pas si nous y serions arrivés aussi simplement sans l’aide d’un bénévole de la gare de Branding qui connaissait tous les horaires de train et les changements à faire sur le bout des doigts (tout en parlant français).

slow-vacances angleterre #6-2

Une fois à Smallbrook, il n’y a que la Steamline. Au-moins là, il n’y a rien de compliqué. Il suffit de montrer son ticket, se trouver un compartiment libre, prendre place, et profiter de la balade dans le temps.

slow-vacances angleterre #6-3

Le voyage démarre au rythme de la locomotive, c’est-à-dire très lentement (on s’est sérieusement demandé si on n’allait pas à la même vitesse en vélo). Puis ça accélère quand même un peu pour atteindre peut-être 70 km/h (estimation tout à fait approximative et non homologuée). MiniChou a goûté son premier moucheron en sortant sa tête par la fenêtre, mais ça ne l’a pas arrêté.

slow-vacances angleterre #6-5

Dans l’une des gare, vous pourrez visiter le musée du train, qui explique le pourquoi du comment concernant la rénovation de cette ligne (inaugurée par la reine elle-même s’il vous plait). Tout cela de manière ludique pour continuer à intéresser vos bambins. Le mien a été littéralement passionné par le charbon format “boules de pétanque” que l’on pouvait jeter dans la chaudière d’une petite locomotive à taille d’enfant, et que ça faisait “tût tûûûût” comme si elle démarrait, et le charbon roulait et revenait jusqu’au point de départ, où l’on pouvait le reprendre pour recommencer ce schéma indéfiniment…

slow-vacances angleterre #6-4

Après le train à vapeur, nous avons repris la ligne classique et nous sommes allés jusqu’à Shanklin. A la sortie de la gare, vous trouverez un plan de la ville avec une proposition de circuit découverte, parfait pour des gens qui n’ont rien prévu!

slow-vacances angleterre #6-6

Donc découverte de la ville, de sa plage de sable bordée de boutiques à touriste et de falaises assez  impressionnantes mais complètement intégrées dans le paysage.

slow-vacances angleterre #6-8

Ce fut l’occasion de faire trempette dans la Manche (juste les orteils, parce que la Méditerranée j’ai déjà du mal…), de faire des pâtés de sable et d’enterrer la moitié de mon fils, à son plus grand plaisir!

slow-vacances angleterre #6-7

Puis l’heure du retour a sonné. Le train, dont les wagons sont en fait d’anciennes rames du métro de Londres datant d’avant-guerre, nous a secoués de façon cadencée jusqu’au ferry, puis nous avons regagné Portsmouth en un tour de main.

Voilà, l’île de Wight, ou la journée farniente par excellence. Et un Minichou qui nous a parlé et reparlé toute la soirée des “rails”, du “crain” et des “tchouuuu”… avec des étoiles dans les yeux. Ça a vraiment du bon de prendre son temps.

slow-vacances angleterre #6-9

Si vous appréciez mes tribulations et autres bavardages, n’hésitez pas à “aimer”, partager, commenter. Ça fait chaud au cœur et ça donne envie de continuer!

Rendez-vous sur Hellocoton !
5 Commentaires

Laisser un commentaire