Comment réduire ses déchets? # ma mésaventure avec le dentifrice “maison”

5 Comments

Si vous suivez un peu la mode du Do It Yourself, de l’écologie et de l’économie, vous avez certainement déjà entendu parler des dentifrices maison. Ceux qui permettent d’éliminer le tube de dentifrice de nos poubelles. Car s’il y a bien des choses dont on peut se passer dans une salle de bain, difficile de faire sans dentifrice.

C’est une expérience que j’ai testée il y a quelques années, mais qui ne s’était pas révélée très concluante. Attendez, je vous raconte :

Il était une fois moi, en 2011, super à fond pour tester plein de choses qui pourraient me faire économiser quelques ronds et qui seraient écolo. J’avais cherché sur internet “recette de dentifrice maison”, lus quelques unes, et fait ma patouille : argile, fécule de pomme de terre et huile essentielle d’eucalyptus pour la bonne haleine. Une fois en bouche, bon, on va dire qu’on s’habitue. Monsieur Chou (pas encore papa mais chou quand même) était plutôt d’accord sur le principe d’économie écolo, donc le dentifrice maison a été adopté à l’unanimité. Jusque là tout va bien.

Et puis 6 mois plus tard environ, il a fallu que j’aille ouvrir grand ma bouche chez un dentiste inconnu en m’attendant à ce qu’il me dise “c’est parfait, vous avez de très belles dents” comme chaque dentiste que j’avais croisé jusqu’alors. Oui, parce qu’il y a des choses qu’on a le droit d’admettre : j’ai des lunettes, des grosses fesses, des cheveux qui frisouillent, mais des dents de bonne qualité. Et là, comble de l’horreur, ce dentiste m’a dit “houlà… vous lavez vos dents avec quoi?”. Oups, je me suis sentie assez mal à l’aise, comme un enfant pris en flagrant délit de bêtise…

J’ai quand même décidé de jouer franc jeu (quitte à avoir fait une bêtise, autant savoir laquelle), j’ai annoncé à ce monsieur que j’utilisais du dentifrice fait maison. Encouragée par son non étonnement, je lui ai donné la liste des ingrédients. Sauf qu’à “fécule de pomme de terre”, il m’a arrêtée et m’a dit : “vous savez ce c’est la fécule de pomme de terre? – euh…”. Me*de, comment avais-je pu oublier que la fécule c’est de l’amidon, et que l’amidon c’est du sucre?

Pendant six mois, quand je me brossais les dents, je me mettais du sucre dessus. Voilà. Inutile de dire tous les surnoms que je me suis infligées pendant les jours suivants.

Pour ma défense, je suis retournée fouiller sur internet, et il y a encore de nombreuses recettes qui contiennent de la fécule de pomme de terre : , et par exemple, mais aussi , ou .

Un an plus tard, j’ai eu ma première carie, et encore six mois plus tard, je me suis cassée une dent (en mangeant de la salade, je ne vous raconte pas le drame…). Maintenant tout est rentré dans l’ordre, heureusement. Cependant vous comprendrez bien que les cosmétiques fait maison, je me méfie. Je dirais même plus, j’évite. D’autant plus qu’il existe de nombreuses alternatives pour éviter les produits pollués que l’on nous vend en grande surface. Voici mes tests:

Dentifrices alternatifs : le test
  1. Après ce déboire, nous avons utilisé pendant un moment un dentifrice Weleda, un bon compromis puisque les ingrédients sont naturels et que l’emballage en aluminium est recyclable. Mais j’avais envie de tester des choses plus original.
  2. Le dentifrice en flacon pompe Naturado, très pratique à mon goût (pensez à prévenir les invités de ne pas se laver les mains avec) et on est tranquille pour un moment vu qu’il fait l’équivalent de quatre tubes de dentifrice. Mais il n’y a pas de recharge, ça perd donc de son intérêt. Côté ingrédient, ils sont sains et le produit est certifié bio.
  3. Nous avons ensuite testé un dentifrice solide. L’entreprise Lamazula propose toute une gamme de cosmétiques solides. L’intérêt? Eh bien l’emballage en carton va au recyclage, et le bâtonnet qui tient le dentifrice va au compost. Zéro déchet, on y est. Sauf que chez nous, c’est MiniChou qui a ouvert le colis (une seconde d’inattention et hop), et il a même eu le temps de croquer dans le dentifrice solide… Oups, ça avait l’air tellement bon… Vous pouvez donc admirer comment se présente le fameux dentifrice, et constater la bouchée de MiniChou.dentifrice solide #1J’ai mis une petite cuillère sur la photo, pour que vous ayez un bon aperçu de la taille du dentifrice, qui est plus petit que ce que j’avais imaginé en le voyant sur le site internet. Il est également assez friable et s’est cassé rapidement. Nous l’avons donc mis dans un couvercle et nous nous sommes rodés rapidement : il suffit de frotter un peu la brosse à dent humide sur le bloc de dentifrice, et de vous brosser les dents avec. Pas besoin de frotter beaucoup, nous avons bien l’impression de nous laver les dents avec du dentifrice (j’avais un peu peur d’avoir l’impression de me laver les dents à l’eau). Cependant en fin de vie, ça fait un peu crado car le dentifrice s’émiette complètement. Le concept est intéressant mais à améliorer.
  4. Le dentifrice en poudre Per Blanc : il ne contient que des substances naturelles. Simple d’utilisation : vous mouillez votre brosse à dent, vous la mettez dans la poudre, vous tapotez pour enlever l’excédent, et vous vous brossez les dents comme d’habitude. J’ai beaucoup aimé le goût frais laissé en bouche et la texture (quand on est habitué aux dentifrices qui ne moussent pas c’est dur de revenir en arrière). J’aime également l’idée de poudre dans une boîte en plastique recyclable, même si c’est encore et toujours du plastique qui nous entoure.
Conclusion de mes tests :

Par rapport aux ingrédients utilisés : le dentifrice Lamazula l’emporte puisque tous les ingrédients sont naturels et surtout, le site internet explique leur rôle dans la composition du dentifrice. Les autres dentifrices sont à peu près à égalité mais pas aussi pédagogues.

Par rapport à la praticité d’utilisation, je dois avouer que ma préférence va nettement au flacon pompe, mais le gros défaut est qu’il n’a pas de recharge, donc la quantité de déchets n’est pas moindre qu’avec des tubes. A renouveler quand ils auront inventé les recharges.

Dans un monde idéal, je ferais bien un Perblanc maison, les ingrédients ont l’air trouvables, il suffit de réutiliser la boîte. J’ai d’ailleurs trouvé cet article très intéressant avec une recette de dentifrice en poudre, des explications, des liens… de quoi me réconcilier peut-être un jour avec le dentifrice maison. En attendant, on est revenu à notre Weleda, qui est le seul que l’on peut acheter à notre Biocoop, tous les autres sont commandés en ligne.

J’espère que mes tests vous auront donné envie de tester quelques nouveautés pour éviter de continuer à utiliser des dentifrices qui contiennent des nanoparticules, du triclosan, et du fluor.

Et vous, où en êtes-vous côté dentifrice?

Si vous appréciez mes tribulations et autres bavardages, n’hésitez pas à « aimer », partager, commenter. Ça fait chaud au cœur et ça donne envie de continuer!

Rendez-vous sur Hellocoton !
5 Commentaires
  • Karsatag

    Reply

    Hello !
    Quand je suis passée au dentifrice bio, j’ai utilisé le PerBlanc.
    Entre temps, j’ai débuté l’aventure Zéro Déchet et dès la 2ème boite, j’ai cherché à le faire moi-même.
    C’est sur le même site (raffa) que j’ai trouvé une mine d’informations.
    Et au détour d’une lecture sur le site d’Ozetips, j’ai découvert qu’avec le blanc de meudon il est tout à fait possible de se laver les dents.
    Et hop ! Testé et approuvé 🙂
    En bonus, je te partage la recette.
    https://recettestoutfaitmaison.wordpress.com/2015/10/15/dentifrice-en-poudre/

    • Karsatag

      Côté mésaventure, j’ai eu… Que dis-je ! j’ai encore des soucis avec mes dents à cause d’un dentiste malveillant (cela est une autre histoire).
      Les problèmes sont apparus 1 an après ma grossesse. Oui, se laver les dents au sucre 🙂 ça n’aide pas et quelque part, je suis convaincu que la grossesse y est aussi pour quelque chose

    • La Fabrique d'éco Lo

      Génial! Merci pour le partage!

  • Rachel

    Reply

    Ma fille utilise et m’a fait testé ça : https://www.lush.fr/shop/product/category/path/154_214/thifrices
    L’ensemble de la gamme cosmétique est non-testée sur les animaux. Une petite boîte en carton de 40 pastilles à faire mousser dans la bouche (en fait une 1/2 pastille par brossage suffit), ça fait peu de déchet et comme dentifrice c’est pas mal. Il y a des tas d’autres trucs sympas dans la gamme (j’ai pas d’actions hein !), ça sent super bon, et on peut rendre les boîtes pour qu’elles soient ré-utilisées mais en magasin beaucoup de produits sont vendus en vrac.

    • La Fabrique d'éco Lo

      Merci pour ton partage! j’ai beaucoup entendu parler de Lush, mais en bien et en mal (apparemment, ils feraient pas mal de greenwashing car leurs produits ne seraient pas si sains que ça), il faudrait que j’étudie la question de plus près pour en avoir le coeur net! Mais grâce à ton lien je vais pouvoir aller étudier tout ça (et peut-être tester un nouveau produit?)

Laisser un commentaire