Enterrement de vie de jeune fille bioriginal

1 Comment

Voilà, avec M. Chou, en août, on va se dire oui et se passer la bague au doigt. Plusieurs personnes m’ont demandé “pourquoi le faites vous?”. C’est vrai, pourquoi le faisons-nous alors que nous avons déjà fait un enfant et trouvé un lieu où poser nos bagages? A notre époque, le mariage n’est vraiment plus un passage obligé.

Et pourtant, nous avons envie de passer par cette étape et partager ce moment avec les personnes qui nous sont chères. Bref, cet été, M. Chou et moi, on se marie!

Qui dit mariage dit annonce, choix d’une salle, des témoins, lancement des invitations, réservation du repas, musique… une foultitude de choses, certaines  super sympa, d’autres pas toujours très fun voire complètement rébarbatives (“chérie, pour les carafes à eau, ça passe par le caviste ou par le loueur de vaisselle?”).

Côté EVJF, comme mes témouines habitent loin et que beaucoup de mes copines aussi, je ne leur avais pas mis une grosse pression de ce côté là, en disant que bon, je ne mariais pas pour ça (puis j’ai passé l’âge d’aller vendre des bisous (si ce n’est que ça…) à des inconnus dans la rue). Mais évidemment comme elles sont géniales, elles ont concocté un EVJF totalement en accord avec ma personne! Et qui dit EVJF bioriginal, dit forcément un article de blog pour partager cette expérience drôle, émotive, et un poil marginale! Par cet article, je souhaite aussi montrer qu’il est possible de faire autre chose que de s’afficher dans la rue (rassurez-vous, j’ai moi-même déjà organisé un EVJF très “classique”, et j’en garde un super souvenir!). Que l’EVJF peut aussi être un moment pour découvrir de nouvelles choses entre copines, prendre du bon temps, et surtout rester simple pour gagner en charme.

Déroulé de l’EVJF bioriginal :

Par un beau samedi matin, encore vêtue de mes plus belles sapes d’intérieur, voilà que quelqu’un sonne à la porte : une amie est venue “apporter les croissants”. Et devant ma tronche d’ahurie, m’a expliqué qu’en fait, elle m’emmenait pour le week-end.

Je me suis donc fait trimballer sur les petites routes de Mayenne (oui, ce département existe bel et bien, c’est aux confins des Pays de Loire, on ne sait pas trop pourquoi vu que la Loire ne passe pas par là, coincé entre la Normandie et la Bretagne, loin loin par là-bas) pour atterrir devant un gîte vraiment perdu au milieu de nul part, où d’autres de mes copines sont arrivées des quatre coins de la France (en admettant que les quatre coins soient tout de même regroupés sur une grande moitié sud-ouest).

Si je vous décrivais ma maison de rêve, ça serait quelque chose qui ressemblerait à peu près à ceci : une grande maison de campagne, retapée avec des matériaux écologiques, avec des carreaux d’argile dans les pièces à vivre et du jonc de mer dans les chambres. Avec un jardin pour être autonome en végétaux, des poules qui nous fourniraient des œufs, des chats parce que ça rend zen, des chevaux parce que je les aime. De la place pour faire ce que je veux, une vigne qui pousse en treille sur la terrasse pour donner des raisins bien parfumés à la fin de l’été, des roses odorantes, j’en passe et des meilleurs. Eh bien à part la vigne (et encore, je n’ai peut-être pas assez exploré les lieux), nous sommes arrivées dans ma maison de rêve!

Après la joie des retrouvailles et un pique nique en terrasse, une dame est arrivée pour nous animer un après-midi quelque peu déroutant :

Atelier Biodanza

Connaissez-vous la Biodanza? Rassurez-vous, je n’en avais jamais entendu parler avant cette initiation. Le concept est très simple : il s’agit de danser en groupe, en se tenant la main ou pas, en ronde ou chacun dans son coin, par deux ou par trois… mais cela ne requiert aucune compétence en danse! Le but : profiter de l’instant présent, apprécier les mouvements du corps, le rythme de la musique, se défouler, se libérer, sourire à son prochain, être heureux de vivre ce moment.

Oui, je vous l’accorde, c’est très particulier, et complètement perché. Notre animatrice, Geneviève, était à fond pour nous faire découvrir cette état d’esprit, mais elle était également tout à fait consciente que la première fois, c’est assez déroutant. Elle a donc su mener son atelier de façon à ce que nous découvrions la Biosanza, sans le faire durer trop longtemps pour que ça ne devienne pas embarrassant. La plupart des filles étaient d’accord pour dire que c’était intéressant à découvrir, mais un peu embarrassant, et sûrement plus facile à faire avec des personnes qu’on ne connait pas.

Voici une petite vidéo amateur pour vous donner une idée

Atelier chuchotis

Notre groupe est séparé en deux. Imaginez-vous parmi quelques personnes assises en cercle, les yeux bandés, les autres sens aux aguets. Pendant ce temps, d’autres personnes vous soufflent aux oreilles des citations qu’elles lisent dans des livres prêtés par Geneviève. Votre ouïe est particulièrement sensible à tous les bruits de pas, les bruits des pages qui sont tournées pendant que les “chuchoteuses” cherchent une phrase belle, drôle, significative… Vous entendez également les murmures de ce qui est susurré à l’oreille de vos voisines, vous entendez les souffles d’hésitations, les phrases drôles qui se terminent par un rire étouffé. Vos sens sont sensibles à tout ce qui se passe autour de vous, et les murmures de chacune sont comme des caresses pour vos tympans.

Inversez la situation, et c’est à vous de chuchoter des phrases qui vous plaisent aux oreilles de vos amies aveuglées. Vous trouvez des phrases drôles et pouvez choisir de les murmurer à qui vous voulez. Vous prenez votre mission à cœur et vous cherchez les phrases les plus jolies, des mots qui vous semblent doux, des phrases rythmées. Vous essayez de chuchoter le plus doucement possible pour ne pas brutaliser ce calme envoûtant. Vous marchez doucement, tournez les pages délicatement. Le temps est suspendu dans les murmures…

Atelier écriture

J’avais déjà entendu parler plusieurs fois d’ateliers d’écriture, mais j’avais du mal à voir un quelconque intérêt à écrire sur un sujet imposé, avec d’autres gens, à en parler. Je trouvais le concept un peu abstrait. Pourtant j’aime écrire, sinon vous ne seriez pas ici en train de lire ce blog.

Geneviève m’a fait découvrir ce loisirs, et autant vous le dire tout de suite : j’ai adoré! (et toutes les autres aussi!)

Pour reprendre un peu ce que l’on avait pu m’expliquer, un atelier d’écriture, c’est l’occasion de jouer avec les mots, de les partager. Cette définition ne m’avait pas spécialement donné envie. Mais contextualisé, en l’occurrence pour un enterrement de vie de jeune fille, ça change tout.

Pour cet atelier, Geneviève nous a fait nous installer en ronde, puis nous a distribué feuilles et crayons. C’est elle qui nous a guidé à propos de ce que nous devions écrire : “imaginez le plus beau cadeau de mariage que vous puissiez offrir à Laurène”, puis “décrivez un lieu magique où il y aurait la réception”, “imaginez que vous découvrez une salle remplie de déguisements, que choisissez-vous de porter?”… et le scénario était un peu adapté pour moi, la future-mariée.

Bien évidemment, nous avons dû lire nos productions, sinon quel intérêt? Comme j’étais au centre de l’histoire, j’ai reçu de nombreux cadeaux imaginaires plus merveilleux les uns que les autres, nous sommes allés dans des endroits magiques, nous vêtir d’habits extraordinaires, dans un monde poétique ou tout est possible. Ce qui m’a frappée, c’est de découvrir à quel point chaque personne peut traiter un sujet différemment : chaque lecture fut différente : drôle, émouvante, timide, à l’aise, taquine, toujours gentille et pleine d’amitié. Autant vous dire que je suis passée par un panel d’émotions très varié et j’ai eu plusieurs fois l’impression que mes amies me connaissaient décidément très très bien!

Détente finale

Pour finir ces ateliers, Geneviève nous a animé une séance de yoga/relaxation : découverte pour certaines d’entre nous, habitude pour les autres, en tout cas, du haut de ses 70 ans passés, Geneviève était la seule à faire les postures avec aisance (allez, j’arrête d’exagérer, sur les 9 que nous étions, une d’entre nous a réussi à faire tous les mouvements). Moralité : on devrait toutes faire du yoga plus souvent!

evjf bioriginal

Après ces ateliers, nous sommes revenues à des choses plus classiques : nourriture et bavardages! Rien de tel pour passer une bonne soirée!

Bilan de l’enterrement de vie de jeune fille bioriginal :

J’ai vraiment apprécié de découvrir ces activités spéciales voire loufoques (cf : biodanza) entourées de mes amies. Ces activités un peu déroutantes, mais menées par une animatrice dont c’est le métier, a permis aussi d’ôter les carapaces de chacune en douceur (car beaucoup ne se connaissaient pas entre elles) et de passer ensuite une soirée où tout le monde était à son aise. Geneviève a réussi à nous transmettre un paquet d’ondes et d’énergie positives. Elle est tout à fait le genre de personne que j’aime rencontrer : pleine de bienveillance, attentive aux autres, des personnes qui font du bien autour d’elles. Alors dans un contexte un peu stressant d’organisation de mariage, c’est toujours bon à prendre!

Si vous souhaitez plus de renseignements sur ce lieu unique où nous avons été très bien reçues, n’hésitez pas à visiter leur site, vous pourrez aussi y trouver les coordonnées de Geneviève.

Quant à moi, avant d’affronter le jour J où on ne sera pas 9 mais plutôt 150, il ne me reste qu’à remercier mes super copines pour m’avoir offert ce merveilleux week-end!

Si vous appréciez mes tribulations et autres bavardages, n’hésitez pas à « aimer », partager, commenter. Ça fait chaud au cœur et ça donne envie de continuer!

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Rendez-vous sur Hellocoton !
1 Commentaires

Laisser un commentaire