Carte postale… de Toulouse

5 Comments

Si vous suivez assidûment ce blog (je ne doute pas une seconde que vous trépignez d’impatience entre chaque article publié), vous avez dû remarquer qu’il y a quelque temps, j’ai participé aux Cartes Postales d’Euphrosyne en vous emmenant en Bretagne par deux fois, puis en Jordanie. Et puis le temps est passé, j’ai loupé plusieurs rendez-vous (premier samedi de chaque mois) et pendant plusieurs mois, je n’ai pas éprouvé l’envie de partager mes voyages ou excursions passées.

Le premier samedi de ce mois-ci arrivant, j’ai reçu un petit mot d’Euphrosyne me demandant si je participais. Ma première pensée a été négative : je n’ai pas le temps pour écrire un billet d’ici samedi. Mais c’était avant de réaliser que j’avais six heures de train à occuper. Alors voilà, j’ai décidé de vous parler de Toulouse.

Pourquoi Toulouse ?

Eh bien c’est tout simplement parce que la Bretonne d’adoption que je suis est en ce moment expatriée dans cette jolie ville pour trois semaines de formation. Et comme trois semaines sans voir mes Choux, c’est bien trop long, nous nous retrouvons à mi-chemin (ou à peu près) dans le Loiret, ma patrie d’origine, pour le week-end. D’où mes heures de train assez nombreuses pour participer aux Cartes Postales de janvier.

Toulouse

Avant d’être juste une ville où je subis des semaines de formation loin de chez moi, elle a surtout été MA ville. Et pour cause : j’ai été étudiante dans la ville rose. Période des premiers appartements, de la prise d’indépendance, des fêtes, des premiers projets de vie… Période pleine de (très) hauts et de (très) bas qui laissent des souvenirs impérissables et des amis pour la vie.

Autant vous dire que si j’aime et aimerai toujours cette ville, mon état d’esprit à tout de même bien changé, et je préfère dorénavant le quartier « des trentenaires » de St Cyprien à la place Saint Pierre où je ferais plutôt figure de « vieille » qui se serait égarée.

Quelques conseils si vous souhaitez passer quelques jours dans cette ville :

Faire la fête à Toulouse

Si vous avez moins de 25 ans, dirigez-vous vers la place saint Pierre, lieu de tous les bars, en particulier le jeudi soir. Si vous avec quelques année de plus et que vous souhaitez pouvoir faire autre chose que boire, danser et tituber (parler par exemple), traversez la Garonne et allez manger des tapas à Saint Cyprien. L’ambiance est agréable, et tout en étant à deux pas du centre ville, on se sent vraiment dans un « quartier » à échelle humaine.

Si vous aimez danser sur de la musique un peu rock, il existe Le Planète Rock (qui existait déjà il y a 10 ans, c’est beaucoup pour une boîte nuit!), rue de Lanusse. Ça ne s’invente pas, et ça ne s’oublie pas non plus ! Bonne musique garantie .

Visiter Toulouse

La ville de Toulouse regorge de monuments, bâtiments aux histoires riches et passionnantes. M. Chou, moi-même et notre progéniture avons eu l’occasion de faire une visite guidée autour du thème du « pastel », plante emblématique de la région (après la violette) et qui a grandement participé à l’enrichissement de la ville. A l’écart des sentiers battus par la foule, nous y découvrons ainsi l’histoire de la ville de façon originale : visite d’habitations de l’époque, explication des teintures, visite d’un laboratoire de cosmétiques… Bien évidemment, l’office du tourisme propose tout un panel de visites de ce genre. C’est payant mais ça vaut vraiment le coup si l’on souhaite connaître l’histoire de la ville de façon plus ludique et approfondie qu’en lisant les descriptifs des dépliants.

Il est également possible de suivre des circuits découvertes, où vous pourrez découvrir par vous-même les trésors de la ville. Plusieurs circuits sont proposés, il suffit d’avoir de bonnes chaussures.

Manger à Toulouse

Les restaurants changent beaucoup en dix ans, et en tant qu’étudiante, je n’allais vraiment pas souvent au restaurant. Cependant, j’ai tout de même deux valeurs sûres à partager :

La faim des haricots : restaurant végétarien situé en plein cœur du centre ville. Tarifs abordables et buffet alléchant, pensez à réserver ou à arriver tôt si vous voulez de la place.

Ma deuxième valeur sûre est « un Banoffee cake place Saint George » : le nom du salon de thé a changé depuis que j’étais étudiante, le tarif a augmenté, mais le Banofee est toujours aussi bon. Vous savez, c’est ce gâteau à base de pâte sablée, bananes, lait concentré caramélisé et crème fouettée (beaucoup de crème fouettée!). Une spécialité toulousaine? Oui et non… En tout cas, un régal, et un vrai « saute-aux-fesses ». Quant à la place Saint George, c’est une place un peu huppée il faut l’admettre, avec un manège, un square pour les enfants, des terrasses tout autour, quelques grands arbres qui apportent ombre et fraîcheur les chaudes journées d’été. Un endroit plein de charme, en plein cœur de la ville. D’ailleurs j’irai sûrement la semaine prochaine, car le Banoffee place St George, c’est mon pèlerinage toulousain.

Se balader à Toulouse

Toulouse est une ville assez étendue, prenez donc des chaussures confortables si vous y venez, car il y a de quoi marcher : du centre-ville jusqu’au port Saint Sauveur, en passant par le jardin Royal et le Grand Rond. Vous y découvrirez des endroits calmes où, alors que le soleil chauffe les rues de brique rose, il est possible de faire la sieste à l’ombre des grands arbres en se croyant presque à la campagne.

Vous pouvez aussi louer des vélo et partir le long du canal du midi, jusqu’à Port Sud et la ferme de cinquante, grand coin de verdure préservé des constructions de plus en plus présentes.

Côté randonnées, vous pouvez allez du côté de Pech David, au sud de la ville, et partir dans les Coteaux. Vous y découvrirez des lieux très agréables, la campagne à deux pas de la ville.

Toulouse vue d’en haut

Si vous voulez avoir une jolie vue des toits roses de la ville, deux options existent (à part celle d’être riche et de survoler la ville en hélicoptère) : montez au dernier étage des Galerie Lafayette, il y a une belle vue sur la ville. Il y a également la possibilité de monter en haut du parking des Carmes : le parking n’a rien de très romantique, mais si vous le mettez dans votre dos, vous ne verrez plus que des toitures en tuile !

Bien évidemment, cette liste est non exhaustive, et est simplement constituée de mes quelques coups de cœurs, qui sont à mes yeux des valeurs sûres.

Si vous connaissez aussi cette ville, n’hésitez pas à partager vos coups de cœur, que j’aurai grand plaisir à visiter ou tester.

Rendez-vous sur Hellocoton !
5 Commentaires
  • William ST MARTIN

    Répondre

    Que de souvenirs en lisant ton article ! Ça m’a rendu tout chose et très nostalgique 😉

    Lire des mots comme le banoffee à place St Georges ou la vue de la ville rose depuis le top floor des galeries, et même la ferme de cinquante (ma première cuit.. enfin je veux dire, une soirée dont j’ai oublié certains passages!)

    Le toulousain en moi est tout fier 🙂

    • La Fabrique d'Éco Lo

      Et encore, je n’ai pas parlé de la résidence BG, the place to be quand tu es étudiant toulousain! 😉

  • Euphrosyne

    Répondre

    Oh la la, 3 semaines, c’est loooong…
    Je connais très mal Toulouse pourtant c’est à moins de 2 heures de l’endroit où j’ai grandis, Papaidi y a fait ses études (et a détesté cette ville à cause du climat) et une de mes meilleures amies et mon frère y ont vécu (pas ensemble, pas en même temps ;). Il faut croire que c’est un problème de karma !!

    • La Fabrique d'Éco Lo

      Eh oui c’est un peu long, mais le bon côté c’est que j’ai un peu le temps de bloguer 😉

Laisser un commentaire