Revue des alternatives #5

6 Comments

Presque un an depuis la dernière parution de ma Revue des alternatives. Je n’aurai définitivement pas la palme de la régularité en matière de blog mais passons. Ce qui me semble le plus important quand je vous présente ces “petits rien”, ces “grands pas grand chose” dont je parle dans mes Revues des alternatives, c’est l’espoir que pour vous aussi, cela ressemble à des petites pépites d’inspiration et que pépites après pépites, nous allions tous ensemble vers un monde moins consumériste, plus à l’écoute, plus respectueux de la nature. J’espère aussi que ces pépites montreront aux personnes parfois récalcitrantes, non pas à l’écologie en elle-même, mais au concept que nous pouvons avoir un impact même en tant qu’individu, que oui, même à notre échelle, il est possible d’avoir un tant soit peu d’impact. Pour ce numéro 5, j’ai donc essayé de sélectionner des alternatives qui peuvent vraiment nous toucher dans notre quotidien, dans nos activités et à notre petite échelle de citoyen.

  • Découvrir le Flux Instinctif Libre

Ou FIL pour les intimes. Il y a deux ans, je vous parlais de la coupe menstruelle, que j’utilise depuis maintenant 6 ans avec un pleine satisfaction. Et puis depuis l’an dernier, une nouvelle mode s’est invitée sur la toile : celle du Flux Instinctif Libre. Après lecture de quelques articles, je trouvais ça un peu fou fou, cette idée de se passer complètement de protection. J’ai testé un peu, mais sans grande conviction quant au résultat constaté dans mes culottes… Je me suis dit que l’envie de tout maîtriser, “même son flux”, allait un peu loin, je trouvais que ça allait à l’encontre de mes envies de lâcher-prise. Et puis il y a un mois, Natasha a écrit un nouvel article à ce sujet, comme d’habitude plein de sincérité. Comme mes règles sont arrivées sur une semaine “à la maison”, j’ai eu envie de réessayer. Eh bien ça s’est super bien passé, j’ai même trouvé que finalement, je lâchais prise (puisque pas d’inquiétude sur l’intervalle de temps entre deux nettoyage de cup). En tout cas, même si vous n’êtes pas intéressé(e) par le concept, je vous recommande fortement la lecture de cet article, qui parle poils et tâches sans tabou, et rien que pour ça, ça fait du bien.

  • Utiliser ses chutes de tissus

Quand on coud, on se retrouve forcément avec des chutes de tissus : de différentes tailles, de couleurs variées, de textures douces ou moins douces… Il y a bien-sûr la possibilité de les stocker dans un sac et de mettre le dit sac dans une borne récupération des vêtements. Mais il y aussi moult possibilités plus créatives les unes que les autres pour utiliser aussi bien les grandes chutes (ce qui semble évident pour toute personne économe) que les petites. Emma nous initie au string quilt, une méthode qui permet de réutiliser ses chutes tout en se défoulant sur de longues lignes droites de couture et qui permet de faire des choses originales. Si vous avez des cadeaux de naissance à faire, Superblime nous présente ici des petites balles réalisées en chutes : simple et efficace! Autre idée cadeau pour enfant : un mémory. L’idée est simplissime, encore fallait-il y penser : découpez des chutes de tissus par paire, et collez les sur un support (pour ma part j’utiliserais du carton, comme ça on peut recycler également les cartons de colis qui remplissent la poubelle en un instant). J’aime également beaucoup l’idée de ces petits sacs à écouteurs, ces jolies étiquettes, ou encore ces adorables sachets de thé pour dinette.

Ces idées, permettant de recycler des chutes de tissus, peuvent aussi être utilisées pour recycler des vieux vêtements, ou des vêtements qu’on aime mais qu’on ne met plus.

  • S’investir personnellement, même petitement

Je pense que vous l’avez compris, je ne croule pas sous le temps : je n’ai pas le temps de faire tout ce qui me passe par la tête, pas le temps de changer le monde à moi toute seule. Mais j’essaye de faire ma part du colibri, tout simplement parce que j’en ai besoin. Si en septembre, toute ravigotée par l’été et 10 jours de vacances, j’ai voulu démarrer plein de choses en même temps (notamment : lancer les Incroyables Comestibles dans mon village, créer un groupe d’achats en commun, m’investir dans l’association des parents d’élèves), il a fallu trancher car dès le mois d’octobre, je croulais sous le travail. J’ai donc persisté au sein de l’association des parents d’élèves de l’école de mon fils, avec pour objectif précis d’instaurer les gobelets réutilisables lors des manifestations (je leur parlerai plus tard de la suppression des jeux “à deux balles-cassés en 5 minutes-fabriqués à l’autre bout de la terre” qui font office de lots à la kermesse, de “on pourrait pas faire des jeux coopératifs plutôt qu’encore et toujours de la compèt?”, de “on ne pourrait pas supprimer purement et simplement les Snickers et autres barres chocopourries au stand snack?”… bref, j’ai encore tous plein de beaux combats à mener!). Et après 5 mois à m’être sentie un peu “à la marge” : qui est la seule mère qui vient aux réunions en vélo alors qu’on est au-moins 4 à habiter la même rue (à 900m de l’école)? -> eh oui, c’est moi, “la courageuse”! Donc après 5 mois de moyenne motivation, j’ai le plaisir de vous annoncer qu’il y aura des gobelets réutilisables consignés lors de la prochaine manifestation que nous organisons! Pour tout vous dire, je suis RAVIE!

Si vous aussi vous voulez instaurer les gobelets réutilisables dans des évènements de ce type, la démarche est simple (du moins en Ille-et-Vilaine) : trouvez une association qui prête des gobelets (Esprit Planète à Rennes). Expliquez à vos collègues que c’est un prêt, que l’association ne facture que les gobelets non rendus 42 centimes pièce et facture le lavage 15 centimes pièce. Avec de savants calculs, démontrez qu’avec des verres consignés 1€, l’association à tout intérêt à ce que les gens oublient de rendre leur gobelet, et qu’avec un peu de chance, cela couvrira même les frais de nettoyage obligatoires. Dès qu’il y a des pépettes à grapiller, ça fonctionne. Ah j’oubliais, pour celles et ceux qui n’ont pas d’enfant scolarisé, l’association des parents d’élève sert surtout à gagner de l’argent pour financer les projets de l’école, donc la rentabilité est toujours (trop?) mise en avant. Je vous rassure, il y a tout de même une autre maman qui a été réellement emballée par l’idée pour son aspect “sensibilisation à la réduction des déchets”!

Voilà pour ce #5 de ma revue, j’espère qu’il vous aura plu et surtout inspiré! N’hésitez pas à me dire en commentaire ce que vous en pensez, quelles sont vos initiatives à vous, ou encore s’il y a des thèmes qui vous intéressent plus que d’autres.

Au plaisir,

Laurène

Rendez-vous sur Hellocoton !
6 Commentaires
  • Lucile

    Reply

    Je songeais proposer ce genre d’idée pour les gobelets pour la fête de l’école. Grâce à cet article j’ai quelques arguments en plus. Merci!

    • La Fabrique d'Éco Lo

      Quelques graines que j’ai semé poussent, génial! Dans quelques années, utiliser des gobelets consignés sera une évidence pour les enfants qui auront connu ça à l’école, continuons…

  • Natasha - Échos verts

    Reply

    Merci pour cette très chouette présentation de mon article au sujet du FIL 🙂 Je suis vraiment contente de savoir qu’il t’a permis de réaliser que finalement c’est pas si “fou fou” que ça cette histoire 😉

    • La Fabrique d'Éco Lo

      Eh oui! Je ne pense pas encore être assez à l’aise pour le faire au travail (enseignante également, mais pas la possibilité de courir au toilette quand je veux) pour J2 et J3, mais pour le reste, c’est vraiment super!

  • adeline

    Reply

    Très convaincue aussi pour plein de combats mais alors le FIL… jamais entendu parler et ça
    m’interroge effectivement…

    • La Fabrique d'Éco Lo

      J’imagine. Perso j’ai été pas mal déstabilisée la première fois que j’en ai entendu parler (“on nous aurait menti sur les protections hygiéniques depuis le début?”). Je ne pense pas y passer à 100% mais en début et fin de cycle, c’est mieux que de garder une cup 24h d’affilée…

Laisser un commentaire